Crochet dans le traitement de la schizophrénie: Histoire d'Aurore

par Kathryn sur Août 9, 2012 · 1 commentaire

dans Crochet santé

Post image for Crochet In Treating Schizophrenia: Aurore’s Story

Crochet a sauvé ma vie est rempli avec près de deux douzaine d'histoires de vraies femmes qui ont partagé la façon crochet les a aidés à traiter ou guérir un certain nombre de problèmes de santé physique et mentale. J'ai mentionné ces femmes plusieurs fois. Pour le poste de ce matin dans mon 10-série de journée d'information sur la santé de crochet, J'ai pensé que je partagerais une de ces histoires avec vous. Voici l'histoire d'Aurore.

Aurore est une femme française avec un diagnostic de psychose hallucinatoire chronique, une condition qui est comparable à la schizophrénie et est caractérisée par des difficultés à maintenir un sens de ce qui est réel et ce qui n'est pas. Cette forte femme utilise crochet comme un outil pour aider à maintenir un lien avec la réalité comme elle traite de cette condition.

Aurore a eu une expérience vraiment difficile avec la maladie mentale. La maladie d'Aurore a commencé à se révéler vraiment lui en 2002 à la fin d'un déclin de la santé mentale de deux ans qui a pris fin dans son premier «burnout». Comme beaucoup de personnes atteintes de maladie mentale, elle ne savait pas vraiment ce qui se passait avec elle au moment. Pour compliquer les choses, elle ne commencer à voir un psychiatre, mais le psychiatre ne lui donne pas un diagnostic précis. Aurore m'a expliqué que la croyance courante chez de nombreux psychiatres français, et celui qui s'abonne à son psychiatre, est que qu'il est préférable pour les patients de ne pas savoir l'étiquette de leur diagnostic de peur qu'ils ne commencent à se conformer à cette étiquette. Aurore a dit seulement qu'elle est considérée comme psychotique.

Dans 2008, Aurore avait ce qu'elle décrit comme un épuisement grave, et les conséquences de l'épuisement que continuent à ce jour. Dans 2010, Aurore accidently saw her specific diagnosis on some legal papers that her doctor had to fill out when she applied to gain status as a handicapped worker (allowing her to have a legally protected job and a pension despite her mental illness). It was in 2010 then that she learned that she was diagnosed with “chronic hallucinatory, psychosis, generalized anxiety and acute depression.” She essentially has a form of schizophrenia with related anxiety and depression. Crochet has played a key role in helping her to feel stable and sane despite the disassociation, time loss and hallucinations associated with her condition. Aurore explains:

“Crochet helped me cope with this because it’s something that’s tangible. I wasn’t sure of anything but what I made with my hooks. Because of my hallucinations, I’m also terrified I eventually could not differentiate between what’s real and what’s not, so crochet helps me because I know it’s real. It’s like an anchor into reality, and it’s all the more important to me because it’s something real I’ve made."

Aurore a expliqué que toucher le fil et de sentir le processus physique de couture aide à sa terre. Il contribue également à sa faire face à l'angoisse liée à son état; dit-elle, "Quand je suis anxieux, le sentiment concret du fil contre mes doigts est quelque chose à se concentrer. "En plus d'être quelque chose de tangible, crochet a aidé Aurore maintenir un sentiment de continuité dans le temps, en dépit de son état. Elle explique:

"Une autre chose que je m'améliore met un événement dans le temps. Mais à partir de 1995 (dernier jour, je me souviens parce que je passais mon examen de baccalauréat qui marque la fin de l'école secondaire cette année et je me souviens avoir vu le jour sur mes papiers d'examen) jusqu'à environ 2008, Je pourrais dire si un événement s'est produit dans le passé, but I couldn’t date it and couldn’t tell if another event was before or after it. It’s as if the past was a big haze. So seeing the stitches actually forming under my fingers helped me restore my sense of continuity.

Crochet also helps Aurore in another way, although she’s not one hundred percent certain that it’s a benefit – more like a useful adaptation for her given her condition. Elle explique:

“I often have magic thoughts of all kinds. One I often have is: if I finish such crochet project by such date, I will be protected from XXXX. I know it’s not particularly good for me to reinforce this kind of behavior, but I don’t have yet the state of mind where I could cope without thinking like this.”

It can certainly be argued that using crochet to reinforce magical thinking isn’t a good thing. Puis à nouveau, it could be argued that crochet itself is a harmless, and even healing, craft and that if Aurore is going to experience magical thinking then this could be a relatively safe way of coping with it. Aurore explains that her magical thinking and daydreaming do frighten her, because she’s afraid that she’s going to lose touch with reality altogether, mais que «crochet crée un endroit sûr où je peux imaginer quelque chose et en faire une réalité sans anxiété ou mal attaché à elle".

Entendre parler de la façon dont le crochet est bénéfique pour la santé et le bien-être de Aurore, J'étais vraiment curieux de savoir comment elle est venue à crochet en premier lieu. Je me demandais si c'était quelque chose qu'elle avait toujours fait. Comme beaucoup d'entre nous, elle ne l'a pas tellement crochet jusqu'à ce qu'elle a vraiment atteint un point dans sa vie de crises et puis elle est venue à compter sur elle fortement. Voici son histoire dans ses propres mots:

«C'était après ma deuxième épuisement, dans 2008. Je travaillais comme vendeuse dans un magasin, qui d'abord m'a aidé à faire face à être confronté à d'autres personnes, mais, au fil du temps, Je me sentais de plus en plus anxieux quand il y avait foule. I coped because my coworkers were like a family to me, very strong women who helped me a lot. But the direction changed and they were all fired or they resigned.

The new team was more neutral at first, but then became more and more hostile when faced with my difficulties, saying things like “Aurore only weeps when there’s too much work” and belittling me because I’m slow and need to check several times what I’m doing to be sure I’m actually doing it and not imagining it. I was trying to do my best and was belittled for it. That’s when I really began to rely on crochet, initially because it was something I’m good at, and I got praise for it when I showed what I made on my blog, so it helped restore somewhat my confidence.

During the first six months of 2008 (I didn’t work from January of 2008 till September of 2009, if I recall well), I was so obsessed with work that I almost constantly hallucinated the music that was played in the shop during the holidays (very specific music I couldn’t have heard anywhere else, so I’m sure it was job-related; I heard and heard it again during my anxious moments, along with phantom phones ringing and angry voices berating me). I couldn’t concentrate on anything but obsessively crocheting.

Quand je suis impatient, Je me sens comme une coque creuse. Crocheting helps fill up the void.

Then I got back to work in September of 2009. Things went well during the holiday season because they needed all the people they could hire. But in the beginning of 2010 they downsized the shop. I couldn’t be fired because I had a very protective, unlimited contract, so they used my health as a pretext, demander un rendez-vous avec le médecin qui était légalement en charge de la santé des salariés de la société et lui envoyer une lettre avec une grande liste de mes problèmes de comportement, certains vrai (comme la stimulation obsessionnelle le sol), autres fausses (il dit en particulier que je regardais drôle aux femmes enceintes, qui n'est pas vrai et m'a vraiment choqué). Le médecin m'a alors prononcé inapte à travailler avec le public. En conséquence ma dépression a empiré et j'ai dû aller dans une maison de soins infirmiers à récupérer. Bien qu'il n'y, Je n'ai pas fini tout mais je obsessionnelle continué à faire du crochet et démêler. Vous voyez, J'ai été trop confus d'avoir un objectif et un projet de crochet définitive mais le processus de formation des points de suture et travaille avec du fil m'a apaisée alors j'ai continué crochet und démêler mon travail. "

Depuis ce temps,, Aurore a été constamment faire du crochet, car elle sait que c'est un tel engin de guérison pour elle. Aurore a un blog français où elle écrit sur tous les types de choses différentes. Je mentionne cela parce que même si elle n'écrit pas spécifiquement sur les avantages pour la santé de l'artisanat dans son blog, elle note que le style et le sujet des messages suggère beaucoup de choses sur son expérience avec les hauts et les bas de sa maladie mentale. Aurore explains: "La plupart de mes entrées sont soit des messages que j'ai faites pendant les moments de crise ou de messages plus serein sur l'artisanat et surtout, crochet. Je n'ai pas lier la guérison et de l'artisanat en soi, mais la juxtaposition de ces deux types de messages suggère assez, à mon avis. "Vous pouvez consulter le blog d'Aurore à l'adresse http://cynalune.blogspot.com /.

Si vous n'avez pas reçu votre copie du crochet a sauvé ma vie, obtenir ici ou télécharger sur Kindle.

Crédit photo: Julie Michelle Photographie

pinit fg en rect gray 28 Crochet In Treating Schizophrenia: Aurores Story
Comme ce post, s'il vous plaît appuyez sur le bouton de l'action! Vraiment j'aime ce que je fais avec crochet concupiscence? Pensez à faire un don ou devenir un le blog parrain.
Sacredcrocheter
Sacredcrocheter like.author.displayName 1 Comme

Tout ce que je peux dire, c'est cette histoire est un portrait de courage.

Le post précédent:

Article suivant: